Décès de Pierre L. Debomy président d’honneur de l’AJCAM

Régis Bourdot

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de notre président d’honneur, Pierre Louis Debomy, intervenu dans sa 90 ème année.

Membre de l’AJC depuis 1962 notre ami Pierre aura fait preuve d’une très grande fidélité envers l’association qu’il avait contribué à fonder. Il fut un des dix premiers membres de l’Association des journalistes de la construction et est resté présent dans les instances de l’AJC pendant 59 ans.

En février dernier, il avait soutenu la fusion entre l’AJC et l’ACAM. Il s’était toujours montré assidu aux réunions du bureau, jusqu’à ce que la maladie l’en éloigne.

Depuis l’annonce de son décès, de nombreux journalistes se sont manifestés pour honorer sa mémoire et nous avons transmis ces messages à ses proches.

Ses obsèques ont eu lieu le mercredi 9 septembre à 10h30, en l’église Saint-Severin, 1 rue des Prêtres-Saint-Séverin, Paris (5e)

Pierre Louis Debomy
Pierre L. Debomy, Président d’honneur de l’AJC puis de l’AJCAM

Voici deux témoignages :

Régis Bourdot, président de l’AJCAM :

 » Depuis 9 ans que je suis président de l’AJC, puis  de l’AJCAM aujourd’hui, Pierre a été souvent à nos côtés, participant à nos activités autant que le lui permettaient ses autres activités associatives (Société des amis du musée national de céramique de Sèvre, dont il était administrateur) et sa santé.

Il faisait toujours preuve de gentillesse et de bienveillance quand il nous donnait son avis sur les évolutions importantes que l’association a connu ces dix dernières années. Sa jeunesse d’esprit et son appétence pour les nouveaux outils digitaux lui a permis de comprendre et d’approuver le tournant « réseau professionnel digital » que l’Association a pris au début des années 2010.

Sur le plan professionnel, il a fait une partie de sa carrière de journaliste à Batir, la revue de la FFB dont il a animé une rubrique pendant 20 ans, puis à Sycodès aujourd’hui Qualité Construction, la revue historique de l’Agence Qualité Construction – AQC.

Nous regretterons ses  » Mon vieux  » polis mais fermes, qu’il adressait même aux plus jeunes d’entre-nous quand il voulait souligner une partie importante de ses interventions. Nous présentons à sa veuve, Denise, ainsi qu’à sa famille et à tous ses proches, nos plus sincères condoléances « 

Éliane de Dorlodot, présidente d’honneur de l’AJCAM :

 » Pierre, c’est 50 ans d’une indéfectible amitié, même si l’on s’est un peu perdu de vue par moments.

Mes premiers souvenirs de Pierre, c’est à Bâtir, dans la revue de la Fédération Nationale du Bâtiment. Jeune journaliste, j’écrivais mes premiers papiers sur le bâtiment, sous son regard éclairé, à la fois indulgent et exigeant.

Deux souvenirs : le premier est grave. J’ai assisté en direct à son premier gros problème de santé ; nous sortions d’une conférence de presse et soudain il m’a  dit : « j’ai comme un brouillard dans la tête,  je rentre ».  Il avait 50 ans et venait de vivre une rupture d’anévrisme. Il s’en est sorti, grâce à d’excellents médecins et à sa volonté sans faille.

Le second est plus lumineux : à Santorin, trois paquebots sont ancrés dans la rade. En débarquant  de l’un d’entre eux, je suis tombée inopinément sur le ménage Debomy qui sortait d’un autre bateau et  attendait les célèbres ânes pour escalader la falaise.

Pierre était le type même de « l’honnête homme »  au sens du XVIII e siècle : cultivé, un sens de l’humour à l’anglaise dont il usait avec bonheur, un  excellent jugement sur les personnes, sachant mettre en valeur les gens autour de lui, en fonction de leurs compétences.  A cela on peut ajouter une grande pudeur de sentiments, le courage et l’opiniâtreté dans la vie, la fidélité dans ses amitiés. Il était également très lié avec Thierry, mon époux, qui a écrit des articles pour lui dans la revue du Cimur qu’il dirigeait, à l’époque où les murs-rideaux étaient à la mode.

Il aimait les paysages  méditerranéens  et sa maison de Tourrettes- sur- Loup, les collections de porcelaine, la musique… Il formait, avec Denise, un couple fusionnel : ils n’ont pas eu d’enfants mais reportaient  tout leur amour sur leurs neveux. De vrais parents en double. Quelle chance, pour les neveux !

Il participait activement à la société des Amis du Musée National de la céramique, mais surtout, il a aimé et soutenu  l’AJC jusqu’au bout,  par sa présence et  ses conseils éclairés. J’ai été infiniment heureuse de le retrouver lors de la fusion de l’AJC et de l’ACAM : la nouvelle association n’oubliera pas son exemple. « 

N’hésitez pas à nous envoyer vos témoignages.

L’élégance très scottish de Pierre L. Debomy

.

Témoignages :

Christian Pessey – RMC – Grenelles Production
« C’est une bien triste nouvelle. En tant qu’ancien président de l’AJC (début des années 2010), dans des circonstances difficiles, je soulignerai le soutien constant qu’il a apporté au bureau de l’AJC, donnant ainsi sa caution indéfectible à l’équipe. Ses conseils, toujours judicieux, nous ont été très précieux et ont participé au rebond de l’association. Il était très assidu aux réunions de bureau. Toujours discret, il n’a rien laissé percer de sa maladie, mais encore très actif, il m’écrivait en avril dernier être très engagé dans « un montage de film particulièrement compliqué ». Si sa veuve le permet et si c’est possible, l’AJCAM s’honorerait en achevant son œuvre. Nous n’oublierons pas son élégance originale. »

Irène Brizard de Forges – MediaPress Consulting
« Une bien triste nouvelle. Pierre était un homme de coeur, généreux et cultivé. Il aura indéniablement marqué de son empreinte le journalisme technique.Mes pensées vous accompagneront mercredi.Toutes mes condoléances à sa famille. »

Michel Laval – Revue CVC
« C’est toujours avec peine que l’apprends le décès de quelqu’un, plus encore lorsqu’il s’agit d’un proche, familier de nos activités. J’ai croisé quelques fois Pierre Louis Debomy, à l’occasion d’assemblées AJC et AJCam, sans connaitre son histoire et ses succès que sa disparition fait ressurgir. Mes pensée se joignent à ceux qui lui rendent hommage et font durer son souvenir.Avec mes sentiments les plus amicaux.« 

Danièle Meunier – Fondatrice DM&A
« Triste nouvelle, avec le décès de Pierre Louis, c’est une grande figure de l’AJC qui disparait.
J’adorais son humour. Je garde un joli souvenir de lui…«